Pourquoi avoir un profil sur Linkedin ne suffit pas pour vendre ?

Pourquoi avoir un profil sur Linkedin ne suffit pas pour vendre ?

La question de la semaine : « avec les réseaux sociaux, beaucoup de commerciaux et d’entrepreneurs ont trouvé une échappatoire à la prospection classique (téléphonique et physique) en se contentant de faire des demandes de contact. Pourquoi avoir un profil sur linkedin ne suffit pas pour vendre ? Comment se servir de linkedin pour compléter ses outils de prospection ? »

Je suis comme un grand nombre d’entre-vous un simple utilisateur de Linkedin et je n’ai pas d’expertise particulière sur ce sujet. En revanche, même si j’ai entendu de nombreuse fois qu’avec le développement des réseaux sociaux la prospection classique était finie, je n’y ai jamais cru.

Pour répondre à cette question, on peut se poser la question « à quoi sert LinkedIn ? »

Il me semble qu’un point important pour un professionnel est d’avoir sa « carte d’identité électronique ». En effet, il est incontestable que deux mondes cohabitent : le physique et le virtuel. Pour un grand nombre de professionnels, il est devenu essentiel de gérer cet espace virtuel, afin que d’autres ne le fassent pas à leur place. Il est en effet préférable que ce soient vos informations qui ressortent lorsqu’une recherche sur vous est faite sur un moteur (Google notamment…). Ce premier point est un minimum pour maîtriser notre communication personnelle. Cependant, avoir un profil sans être actif ne fera pas vendre, c’est une quasi-certitude.

Pour ceux qui souhaitent être plus actifs, ils peuvent :

  • Partager des articles et des posts liées à leur environnement professionnel, afin de participer à la diffusion d’informations

  • Rédiger des articles afin de partager leur expertise, leur expérience

  • Entrer en contact avec des personnes pour élargir leur cercle professionnel, en acceptant ou en faisant des demandes de contacts

  • Identifier des clients potentiels

  • Avoir accès aux éléments partagés par les autres membres

Les deux premiers points permettent de positionner notre expertise. Les deux suivants, de développer des contacts, plus ou moins qualitatifs et mieux les identifier. Et le dernier point, d’avoir accès à des informations.

Ce que ne permet pas Linkedin ? C’est une évidence : entrer en contact avec des personnes qui ne sont pas présentes sur Linkedin ou peu actives.

En conclusion, les réseaux sociaux sont un canal parmi d’autres. Il ne s’agit pas d’être pour ou contre, mais de faire avec, de façon adaptée. Sur LinkedIn, la compétition est la même et les personnes n’apprécient pas plus d’être démarchées par des inconnus qui n’ont qu’une idée : leur vendre quelque chose.